La pédagogie

J’ai eu la chance tout au long de mes études de rencontrer des professeurs hors du commun.
Christophe Bossuat, mon premier professeur à l’Institut Suzuki de Lyon, Tibor Varga pendant plus de 10 ans et Dorothy Delay m’auront non seulement appris le violon et la musique, mais surtout montré à quel point l’enseignement est un aspect indispensable de la vie du musicien.
Des rencontres importantes mais plus courtes avec Gérard Poulet, Zackhar Bron ou Roland Daugareil ont définitivement scellé mon envie de transmettre.

Je suis devenu à Juilliard l'un des assistants de Dorothy DeLay pour la « pre-college division ».  Pendant 3 ans j’ai eu la chance de discuter avec elle de nombreux aspects de la pédagogie et j'ai pu mettre en pratique ses conseils auprès de jeunes surdoués venus du monde entier.

Le festival des Arcs, encore lui ! m'a donné la chance d’enseigner
la musique de chambre pendant de nombreuses années.
A l’invitation du compositeur catalan Benet Casablanca, j'ai également pris la responsabilité d’une classe de violon au conservatoire supérieur du Liceo à Barcelone, classe que j'ai malheureusement abandonnée en raison d’un emploi du temps devenu trop chargé et afin de ne pas être pour mes étudiants un professeur fantôme.
J'ai en revanche accepté en septembre 2011 le poste de professeur assistant au CNSM de Paris dans la classe de Alexis Galpérine.

Mes expériences variées me permettent d’aider efficacement les jeunes violonistes qui souhaitent se présenter à des concours d’orchestre ou à des concours internationaux et j’affectionne particulièrement cette notion de « coaching »,  qui fait cruellement défaut à notre profession.
Directeur du Festival des Arcs depuis 2005, j’ai entrepris la création d’un département de préparation aux concours d’orchestre.  Encadrés par des solistes des plus grands orchestres français et européens, les jeunes qui s’y inscrivent suivent un enseignement spécifique et reçoivent – en plus des leçons de leurs professeurs instrumentaux – les conseils d’un préparateur mental, d’un professeur de yoga et suivent différents ateliers qui tentent de les préparer le plus efficacement possible à ce court moment qui peut sceller leur carrière.

Au delà de la pédagogie purement musicale qui s’adresse à de futurs professionnels, je crois profondément au rôle de l’artiste dans l’éducation de son public.  Je suis un fervent partisan des interventions en milieu scolaire et ai, depuis la création de mon festival Opus, rencontré  plus de 7 000 jeunes âgés de 3 à 18 ans.  Ces rencontres informelles, en petits comités sont des outils indispensables pour que notre art – la musique classique – trouve à leurs yeux, et à leurs oreilles une porte d’entrée bien souvent occultée par la production dite « culturelle » des médias auxquels ils sont exposés.

© Eric Crambes